Pour mieux s’en sortir : Marchons ensemble

anne Mobilisation collective, Valeurs 11 Comments

Marcher un pas à la fois

Il neige doucement, la température est clémente. Il fait juste assez froid pour entendre le sol crépir sous les pas de Robert. Comme chaque matin, il fait sa marche et se rend à la boîte aux lettres, une distance d’un kilomètre pour y aller et un autre pour le retour. Et même si c’est jour de congé pour la poste, Robert poursuit fidèlement son objectif : il marche jusqu’à la boîte aux lettres.

Ce parcours quotidien lui permet de maintenir sa capacité de marcher, car il est atteint de Parkinson. Il franchit deux kilomètres chaque jour afin de lutter contre cette maladie qui menace de lui faire perdre son autonomie. Ses pas réguliers résonnent dans la neige tel un écho de sa résilience. Ses genoux sont fléchis, mais ses jambes demeurent stables. Il avance un pas à la fois en maintenant soigneusement son rythme.

Robert en marche

Un lever difficile

Lorsqu’il arrive à la maison, il retrouve Ginette, sa conjointe. Elle l’a probablement aidé à se lever du lit ce matin, car la nuit et le manque de mouvement provoquent de la rigidité dans les muscles de Robert. La mise en train matinale devient donc un entraînement pour le couple, car les bras, les jambes et le tronc de Robert refusent catégoriquement de collaborer à son premier lever de la journée.

Mais contre toute attente, Robert marche ses deux kilomètres par jour. Ginette l’accompagne parfois, et lorsque nous les croisons sur le chemin, leur merveilleux sourire efface le grand combat qu’ils mènent chaque jour.

Ce matin lorsque j’ai ouvert la porte pour faire sortir mon chien, j’ai vu passer Robert. Ses pas, foulant le silence enneigé, ont résonné en moi durant toute la journée. La santé est un état tellement fragile. La maladie peut frapper n’importe qui, n’importe où. Elle entre subitement dans notre vie, et nous force à traverser le passage douloureux entre l’avant et l’après. Ses effets néfastes provoquent des deuils et tour à tour défilent colère, tristesse et déni. Puis les jours passent, puis les mois s’enfilent jusqu’à ce que le temps ait fait son œuvre et transforme notre regard sur la vie.

Une société divisée

Depuis mars 2020, notre société est frappée de plein fouet par un virus et nous devons vivre sous sa menace permanente. Comme toute maladie, il ne disparaîtra pas par enchantement. Il s’est bien installé, il bouscule nos habitudes, défait nos projets, et nous éloigne les uns des autres. Certains agissent comme s’il n’existait pas, d’autres croulent sous l’anxiété et plusieurs louvoient entre ces deux pôles. Au final, notre société est plus que jamais divisée.

La première vague a été foudroyante. Personne ne s’attendait à ça. La deuxième vague nous a moins surpris, mais elle semble vouloir nous gagner à l’usure. Beaucoup d’aînés, et maintenant les soignants, tombent sous la maladie ou par épuisement. Et durant ce temps, nous sommes en train d’apprendre les grandes règles de la vie et aussi ce que signifie le retour du balancier.

Choisir la confiance

Un réveil difficile, mais l’humain étant fragile, il possède des ressources pour lutter contre la maladie. C’est pourquoi il y a tant de scientifiques à l’action actuellement. Des hommes et des femmes de partout dans le monde se sont unis pour la même cause. C’est grâce à ces scientifiques si une médication existe pour le Parkinson, celle qui permet à Robert de faire sa marche. Ce sont eux aussi qui sont à l’œuvre pour fabriquer des vaccins. Mais comme le corps humain demeure mystérieux à bien des égards, tout ce qui concerne le médical doit être nuancé. Rien n’est jamais tout noir ou tout blanc.

Nos politiciens, nos institutions et nos lois doivent également être nuancés. Ils sont loin d’être parfaits. Mais le Covid 19 est un véritable analyste, il semble avoir ce don de naviguer dans nos failles sociales et nous révéler tout ce qui ne fonctionne pas chez nous.

J’ai vécu beaucoup de colère et beaucoup de déception face à tout ce qui se passe dans notre monde actuellement. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de choisir la confiance, parce que sans elle, j’ai peur qu’on ne s’en sorte pas. Nous allons perdre nos énergies à réagir plutôt qu’à se reconstruire.

En regardant Robert marcher devant chez moi ce matin, j’ai repris contact avec cette force qui nous habite et qui nous fait avancer. Cette force nous incite à voir le beau et le grand malgré nos limites, nos fragilités et nos blessures. Cette force, lorsque nous sommes unis pour une même cause, nous entraîne à déplacer des montagnes. Une grande société sait apprendre de ses erreurs et je crois que nous sommes une grande société : nous tous ensemble, nous reconstitués, nous dans nos riches diversités.

Marcher ensemble

Et comme Robert qui, chaque matin, chausse ses bottes et prend son bâton de marche pour lutter contre l’inertie. Il est temps comme peuple de se remettre en marche, de croire en nous et en nos valeurs profondes. Cessons pour un temps de chercher qui a raison ou qui a tord, demeurons respectueux sur les réseaux sociaux et partageons plutôt nos ressources. Encourageons-nous mutuellement pour un vivre ensemble équitable et diversifié.

Nous ne le savons pas encore, mais nous sommes en train de réécrire notre histoire.

« Sont précieuses avant tout, les expériences de l’humanité et les mots et les concepts qui de ces expériences, sont venus jusqu’à nous »

Jean-Claude Eslin, cité dans Choisir la confiance, Monique Dumais, p.40

Anne Pichette

Rédactrice et Éditrice www.pausevie.ca

Partager cet article

Commentaires 11

  1. Post
    Author
  2. Un texte tout plein de bonté, un texte universel venu du fond du coeur, un texte d’espoir en la race humaine, en la bonté tout court. Merci.

  3. Post
    Author
    1. Post
      Author
    1. Post
      Author

      Merci Claudia! En effet, la vie continue. C’est vraiment beau de te voir poursuivre ta marche de façon positive. Très inspirant !

  4. Très beau texte et tellement réel , il nous rappelle l’importance de faire un pas à la fois pour faire face àux difficultés de la vie et de garder le courage pour sortir de cette pandémie qui n’en finit plus de nous pourrir la vie.

    1. Post
      Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *